Une dynastie d’artistes lyriques

Les parents d’origine espagnole : Manuel Garcia, ténor, interprète des opéras de Rossini et de Mozart, créateur du rôle du Comte Amalviva dans le Barbier de Séville en 1816  et Joachina  Sitches, cantatrice. Manuel Garcia éduquera ses enfants au chant et fera de ses filles des artistes réputées. Ils se produiront en famille sur toutes les scènes européennes et même à New-York dans le Barbier de Séville. Manuel interpréta le Comte Amalviva, Joachina jouera Berta, Manuel junior Figaro et Maria, âgée de 17 ans, Rosine.

Le frère Manuel Garcia II, né en en 1805, mort à Londres en 1906, baryton et professeur d’art lyrique réputé, inventeur du laryngoscope utilisé depuis par les otorhinos du monde entier. Il sera un spécialiste incontesté de la voix.

La sœur Maria Malibran, née en 1808 est morte à 27 ans en 1836. Elle fut la plus grande cantatrice de la première moitié du XIXème siècle, admirée de toute l’Europe pour sa voix ample, chaude, sombre et ronde. Visage d’ange, voix superbe et technique parfaite, elle se montre en outre excellente tragédienne.

Les enfants de Pauline, Louise Héritte, née en décembre 1841, cantatrice,  Claudie née en mai 1852, Marianne, née en mars 1854, Paul, né en juillet 1857, violoniste et chef d’orchestre. Louise née en 1842 va connaître les plus grandes séparations avec sa mère. Née moins de deux ans après le mariage, Louise devra être souvent gardée par sa grand-mère Garcia, par les sœurs de Louis ou par George Sand, pendant la décennie 1840-1850 qui est celle  des voyages européens de sa mère. Ensuite quand viendront les années 1850, les voyages s’espaceront et les trois autres enfants jouiront d’une vraie vie de famille, plus sereine entre Paris et Baden-Baden.

Souvenirs d’enfance.
musique Barbier de Séville G. Rossini. Acte I Ecco ridente in cielo

>>>>SUITE